Triathlon de Gatineau


Samedi 7 juillet dernier avait lieu le Triathlon de Gatineau, mon premier sur la distance Olympique.

PP et moi avions prévu de faire la route ensemble vendredi soir et dormir chez une amie afin de nous éviter de rouler le matin du départ. On s’est rendu là vendredi soir, mais avec 2 autos, car PP venait de finir une semaine de travail éreintante en Beauce.

J’arrive chez Angie vers 21h30. Après une fin de soirée très agréable avec Angie et Patrice, je vais au lit vers 23h00 puisque je planifie me lever à 5h afin d’avoir le temps de déjeuner et d’arriver tranquillement avant mon départ prévu à 7h. Pierre-Luc qui finissait sa semaine de travail en Beauce arrive à 23h30, alors que j’essaie de dormir.

Après un déjeuner au Tim Hortons, j’arrive sur le site de la compétition, j’installe ma selle de vélo et me dirige vers la tente d’inscription. On me remet ma trousse avec bonnet de bain, ma puce électronique et on marque mon bras et mollet droit de mon numéro officiel. J’apprends que la température de l’eau est de 22.5 deg C et le port du wetsuit est donc interdit.

Alexandre Doré, un ami et coéquiper de soccer est aussi inscrit et on se retrouve à la réunion pré-course sur la plage du lac Leamy.

Nage

Le départ est donné et cette fois, je n’oublie pas de démarrer mon chronomètre. L’eau est bonne et je trouve un bon rythme assez rapidement malgré de nombreuses pauses pour cause de coups de jambes dans le visage. Eh oui, ça arrive même si on laisse partir les plus rapides sans se battre contre eux. Le parcours de 1.5 km consiste en 2 tours du trajet rectangulaire avec sortie sur la plage entre les deux. Lors de la deuxième sortie, mon coeur pompe, car j’ai fini en beauté  (34 min) sachant qu’une transition me permettrait de reprendre mon souffle.

Ma première sortie de l’eau après une distance olympique de 1.5 km (34 min)

Effectivement, en sachant à quoi m’attendre lors de cette T1 (grâce à mon expérience précédente à Oka) j’étais plus relaxe et j’ai pu faire redescendre ma fréquence cardiaque avant de me lancer en vélo.

Vélo

Cette transition sans surprise m’a permis de lancer mon parcours à vélo avec une fréquence cardiaque me permettant de boire efficacement et de m’hydrater convenablement avec de l’eau et des électrolytes dès le départ.

Je suis maintenant devenu maître dans l’art de congeler du gatorade dans mes gourdes tout juste assez longtemps pour qu’il se transforme en slush et reste froid jusqu’à mon épreuve de vélo et tout juste assez liquide pour pouvoir vider les bouteilles au complet sans laisser de glace. C’est une technique ultra-sophistiquer qui demande une analyse complète de plusieurs paramètres d’échange de chaleur : température du congélateur, temps de congélation, température le matin du départ et isolation de la bouteille. N’hésitez pas à me contacter pour que je vous l’enseigne.

Malgré ma bonne hydratation, je ressens des débuts de crampes dans mes deux mollets que j’essaie d’étirer en fléchissant la cheville durant les virages plus serrés afin de ne pas perdre trop de temps de pédalage.

Après avoir compté 8 tours en arrachant des petits collants sur mon cadre de vélo, je rentre dans la zone T2 après une épreuve de vélo de 40 km en 1h19.

40 km en 1h19

Course

La course ne s’est pas passé aussi bien par contre. Encore une fois, comme à Oka en mai dernier, pas une, mais deux crampes surviennent dans mes côtes dès le départ de l’épreuve de course, je consulte ma montre et je réalise avec horreur que ma cadence depuis 2 km est de 6min30 par km, ce qui est extremement lent (cadence de récupération en entraînement). Un peu plus tard, alors que j’ai réussi à accelérer un peu,  Alex me dépasse à vitesse de l’éclair avec une tape dans le dos et un échange d’encouragement.

Je termine finalement la course en limitant les dégats avec un temps de 49 min (tout juste 5 min par km en moyenne). Alex se tape un chrono de 44 min pour 10 km, assez pour faire rougir un athlète du top 20 du classement final.

Au finale, c’est un temps de 2:42:34 qui sera inscrit à mon premier triathlon Olympique.

L’enregistrement de la course avec la Suunto Ambit et le trajet sont ici !

Félicitations à Pierre-Luc qui à compléter sont premier triathlon Sprint en 1:34

D’ici le prochain article, bonnes vacances et bon entraînement !

Dim

———————-

Si vous n’êtes pas encore Fan de notre page facebook : cliquez ici !

Vous pouvez rejoindre Dimitri, facilement, sur FacebookTwitterG+ et en laissant un commentaire. Merci de soutenir Dim et Jan grimpent l’Aconcaguadevenez Fan et cliquer sur “Like” en bas de cet article pour propager la bonne nouvelle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s