Traversée des Présidentielles (la 1ere tentative)


Il nous semblait que la longue fin de semaine de l’action de grâce canadienne (lundi, 8 octobre 2012) était un bon moment pour tenter la traversée des présidentielles dans les White Mountains, New Hampshire. Nous avions tort.

Ce récit n’est pas une histoire de succès mais plutôt une leçon.

Nous (Phil, Caro, Marie-Christine et moi) quittons Montréal le samedi à 13h, avec 2 autos pour 4 personnes, en se disant qu’on aurait AMPLEMENT le temps d’arriver pour déposer une voiture à l’arriver de la traversée (sud), revenir à Gorham, acheter le déjeuner et la nourriture pour la traversée, souper, se coucher. Mais finalement, on n’avait pas amplement de temps, mais tout juste assez. Leçon 1 : partez plus tôt la veille.

Pour faire la traversée, même durant les journées les plus longues de l’été, On (incluant le couple responsable de l’auberge Hitchhiker’s Paradise, à Gorham) recommande de se lever à 4h du matin, pour être sur le départ du sentier à 5h. Aussi, vous voudrez être couchés à 10h, au plus tard.

Après une nuit de non-sommeil désastreuse en raison d’un dude hippie qui à décidé d’allumer la lumière de la cuisine, la télé et le volume de la télé de notre auberge en plein mileu de la nuit en se foutant complètement du fait que 6 ou 7 autres personnes dormaient à proximité.

4h du matin, on se lève malgré tout en appréhendant avec bonne humeur le défi qui nous attend.

5h10, nous marchons déja sur le départ de la Traversée que nous entamons à la lueur de nos lampes frontales par le Nord (Dolly Copp Campground, au sud de Gorham).

Après seulement quelques minutes, la lampe frontale à Caro se met à clignoter. Quelques secondes plus tard, elle s’éteint. Elle continu tout de même en marchant devant Phil, mais notre rythme a ralenti. Tranquillement, la lueur du jour nous éclaire.

À 9h du matin, nous sommes au sommet de Madison. Le vent près du sommet est très puissant et on doit s’appuyer pour ne pas être déséquilibré. On aperçoit au loin, le sommet du Mont Washington, gelé, et les premiers doutes s’installent. On devrait y être dans 3h. Le vent se calme lorsqu’on redescend de l’autre côté de Madison, en route vers Adams, mais certaines roches sont glissantes et on ne peut aller plus vite.

Au point le plus bas entre Madison et Adam, on s’arrête tous à Madison Spring Hut (qui était fermé, portes et fenêtre placardées). Après une collation, une évaluation de notre vitesse et un calcul sommaire, on sait très bien qu’on ne complètera pas la traversé. Les autres sommets plus haut sont encore plus gelés et impraticables. Pas assez de glace pour des crampons, mais assez glissant pour se tordre une cheville.

On décide que Phil et Caro rebrousseront chemins vers l’auto. Chrissie et moi passerons par Adams et Jefferson pour redescendre par Castle Ridge Trail où nous attendrons Phil et Caro à l’heure convenu 14h30.

Près de Madison Spring Hut, entre Madison et Adams, Phil et Caro retourne à l’auto

On continu pour redescendre par Jefferson (Madison en arrière plan)

Sa première fois dans les Whites, Chrissie a marché 12h, plus de 17km et foulé 2 sommets (Madison et Adams)

Encore une fois, nous avons surestimé notre vitesse. On est sur le sommet d’Adams à 11h15. Les roches sont blanches de neige et de glaces, mais il ne fait pas froid et le vent est relativement calme pour un sommet des Whites.

Sommet de Adams

Pendant de brèves secondes, nous pouvons apercevoir le Great Gulf Wilderness et le Mt Washington au loin. Nous sommes en retard pour le RDV et décidons de ne pas grimper Jefferson. On redescent par Castle Ravine trail. Ce sentier très à pic dans le haut du ravin est lent et pénible. Nous essayons de rattraper un peu de vitesse dans la 2e portion de la descente, moins prononcé dans le bas du ravin, mais de nombreuses traverses (plus d’une dizaine) de la rivière que l’on suit nous ralentissent considérablement. Le niveau de l’eau ne permettait pas de traverser aussi facilement qu’en plein été.

Finalement rendu au stationnement un peu avant 17h (2h30 de retard sur l’heure convenue), Phil et Caro nous attendaient après avoir profité d’une petite sieste.

On retourne vers le sud de la Traversée pour récupéré la 2e voiture et on se met en route vers Montréal même si on avait déja payé la 2e nuit à l’auberge.

Il n’y a pas de quoi avoir honte. On s’est fait battre par les éléments et un mauvais choix de période pour faire cette traversée en une seule journée. Mais c’était tout de même une belle randonnée, qui aura servi à confirmé qu’il faut se lever tôt, même en été, pour la complèter.

Suivez ce lien pour l’enregistrement avec la montre-GPS de la randonnée et le trajet.

P.S. Plus que 2 mois avant le grand départ

Dim

———————-

Si vous n’êtes pas encore Fan de notre page facebook : cliquez ici !

Vous pouvez rejoindre Dimitri, facilement, sur FacebookTwitter et en laissant un commentaire. Merci de soutenir Dim et PL grimpent l’Aconcaguadevenez Fan et cliquer sur “Like” en bas de cet article pour propager la bonne nouvelle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s